De retour d’un voyage dans un pays lointain de trois mois, je contacte le père et nous convenons de nous rencontrer chez lui, à Paris le 11/02/2011.

Il m’informe que la commission évoquée dans sa lettre du 17/11/2010 a été mise en place par le père Provincial. Il me propose de la rencontrer mais n’a pas les coordonnées des interlocuteurs. Il convient de demander au Provincial ces informations et de me les communiquer sous peu.

Il ne s’est absolument pas préoccupé de mon mail du 25/11/2010 et des accusations d’une femme affirmant que la hiérarchie jésuite était au courant des agissement répréhensibles du père Lamande. Il n’a contacté ni le père Debains, qui m’avait donc menti au téléphone, ni le père Lauras, qui bien qu’âgés, sont tout deux bien vivants.

Je lui dit que pour l’instant je ne contacterai pas ces pères, estimant que face à la gravité de cette accusation, et au mensonge du père Debains, il appartient à la Société de Jésus de faire le ménage elle même en son sein.