Le fléau de la pédophilie, Monsieur, est mieux appréhendé tant par la société que par l’Eglise depuis une vingtaine d’années, et c’est bien. En particulier, l’écoute des victimes est comprise comme une priorité. Plusieurs fois, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes marquées par ces atteintes intimes, et je suis marqué par les dégâts infligés, en longue durée. Faire la lumière, c’est d’abord, me semble-t-il, écouter, dénoncer, en lien avec la justice, et prévenir. Nous avançons, je pense, douloureusement, vers une plus grande clarté. Avec vous sur ce chemin. Cordialement à vous. 

+ fr. Robert Le Gall

 

Archevêque de Toulouse