A la suite de mon mail, le directeur du cabinet du Cardinal Barbarin me propose un entretien téléphonique. Je le contacte sur le champs, et il me propose de m'envoyer 3 liens vers des documents qui m'aideront à mieux comprendre la situation du cardinal.

Ces liens sont les suivants : 

http://www.leparisien.fr/societe/mgr-barbarin-que-les-chretiens-votent-en-fonction-de-leurs-convictions-24-12-2016-6492135.php 

https://www.youtube.com/watch?v=7r71RiLbUlo 

http://lyon.catholique.fr/IMG/pdf/eal09-dossier-interactif.pdf 

Après avoir consulté ces documents, je lui envois le mail suivant :

 

Je vous remercie de vos trois liens. Il est exact que le cardinal n'est pas aussi « noir » qu'il me semblait avant ces lectures.

Je note cette phrase du cardinal dans l'interview au Parisien du 24/12/2016 :

« Moi, mon grand but aujourd’hui, c’est : Qu’est-ce qu’on peut réparer ? « 

J'insiste donc sur la possibilité d'un engagement ferme et public en faveur de la suppression des délais de prescription pour les actes de pédophilie. Ceci est d'actualité brûlante au parlement , et en ce qui me concerne, cela prouverait sa bonne foi . Il a écouté de nombreuses victimes, il a donc compris la difficulté qu'elles ont à parler. J'ai personnellement entendu des témoignages de personnes de plus de 70 ans pour qui j'étais la première personne à qui ils parlaient de leur agression sexuelle par un prêtre !

Cordialement

JPMV