Monseigneur ,

 

le 18/11/2016, vous avez célébré une messe de réparation à l’intention des victimes de prêtres pédophiles, dont je suis.

Le 21/11, je vous adressai une lettre ouverte à ce propos, lettre qui m’a permis un certain dialogue, écrit et oral avec Mr Durieux, votre chef de cabinet.

Je lui ai alors suggéré, mi janvier, que vous preniez un engagement ferme et public en faveur de la suppression des délais de prescription pour les actes de pédophilie .

Il m’a dit qu’il vous transmettait le message.

 

Lors de cette même messe du 18/11, vous avez dit, et je vous cite :

« Je vais maintenant me mettre à genoux devant la croix du Seigneur, comme j’aimerai me mettre à genoux devant chacune des victimes »

Je ne vous en demande pas tant.

Je vous demande juste une réponse à ma proposition.

 

Cordialement

 

JP Martin Vallas