Madame la sénatrice,

et présidente de la MCI «  répression des infractions sexuelles sur mineurs »

 

je vous écris, ayant moi même été victime d’une agression sexuelle de la part d’un prêtre jésuite, il y a 65 ans.

Depuis bientôt dix ans, je me bats avec les jésuites de France, pour qu’ils fassent toute la lumière, et recherchent la vérité, comme ils s’y sont engagés publiquement, sur les jésuites pédo-criminels et leurs victimes.

Au fil de mes actions directes et médiatiques, j’ai reçu trente témoignages de victimes de jésuites pédophiles, toutes prescrites, mettant en évidence l’existence d’au moins neuf jésuites pédo-criminels, et deux de leurs salariés.

Malgré mon insistance les jésuites n’ont strictement rien fait pour approcher les nombreuses autres victimes de ces prêtres, et de sûrement d’autres jésuites, mis à part la création d’un «  Groupe d’accueil et de veille pour les situations d’abus sur les personnes », qui en quatre années d’existence, n’a pas été contacté par plus d’une dizaine de victimes.

Il me semblerait intéressant, et tout à fait dans le cadre de votre MCI, de les recevoir, pour qu’ils puissent s’expliquer sur leur relation avec les victimes prescrites des jésuites de France, depuis les années cinquante.

Je pense que dire avec assurance : « nous avons pris toutes les mesures pour que cela ne se reproduise jamais », sans être capable de faire la lumière et la vérité sur le passé, relève de l’escroquerie morale.

Je me tiens à votre disposition pour vous éclairer sur ce sujet ; et vous pouvez tout savoir sur mon combat sur le site : http://franklin2.canalblog.com

Cordialement

JP Martin Vallas

.