Monseigneur,

Le 20/02/2014 vous m'aviez reçu dans vos bureaux de Montpellier à la demande de la Congrégation pour la doctrine de la foi, à propos des agissements d'un prêtre jésuite pédophile. Vous aviez saisi le provincial des jésuites de France pour cette affaire, et le 28/05/14 ce dernier m'avait contacté. Il s'en était suivi une tentative de dialogue dont je vous avais tenu informé par mon mail du 10/08/2014, suivi par le création d'un « Groupe d'accueil ». Fin 2014, constatant l'inutilité de ce dialogue, j'avais cessé d'attendre des réponses à mes demandes et mes questions.

En mars 2016, à la suite de l'affaire du père Preynat à Lyon, et de la sortie du film « Spotlight », j'avais décidé de relancer mes recherches et mes questionnements sur cette affaire. Fort de mon expérience antérieure avec les jésuites, j'avais commencé par m'adresser aux médias, qui, le 19/04/16, ont largement fait état de cette affaire. Du fait de cette médiatisation, j'ai pu renouer un dialogue que j'espérais constructif, avec les représentants de ce Groupe d'accueil. Mais le 27/10, j'ai reçu une fin de non recevoir de la part de l'assistant du Provincial, m'informant qu'il n'avait plus rien à ajouter à ses différents mails, alors qu'il ne m'avait jamais vraiment répondu autrement que par des généralités et des banalités.

J'en suis donc amené au constat que les responsables des jésuites de France, dans cette affaire de jésuite pédophile, ont un comportement hypocrite et mensonger

Hypocrite car dans leur communiqué de presse du 19/04/2016, ils écrivaient :

Devant une affaire qui lui est révélée, actuelle ou ancienne, la Province de France s’engage à faire la

plus grande clarté possible sur ce qui a conduit à de tels agissements et à vérifier l’existence ou non

de faits similaires ou d’autres victimes liés à cette affaire.

Elle s’efforce ainsi de rechercher la pleine lumière qui seule peut apporter vérité et réconciliation.

En particulier en ce qui concerne les faits révélés par Monsieur Martin‐Vallas, le Père Jean‐Yves

Grenet, Provincial de France se tourne vers toute personne victime ou témoin de tels agissements

ou d’éventuels manquements de l’institution éducative de l’époque. Il les invite à s’exprimer et à

contacter le groupe d’accueil et de veille.

Alors que leur seul objectif visait uniquement à faire baisser la pression des médias sur cette affaire.

Mensonger, car dans les faits, aucune recherche n'a été entreprise de leur part, aucune clarté n'a été faite sur cette affaire, ni sur aucune autre , le seul objectif apparent de ce groupe d'accueil et plus généralement de la démarche de ces jésuites, étant de tout faire pour occulter cette affaire de Franklin, et toutes les autres affaires de jésuites pédophiles qui m'ont été signalées par des témoignages de victimes.

Aussi je me permets respectueusement de vous demander de bien vouloir porter cette situation à l'attention de la Congrégation pour la doctrine de la foi, à la suite de la lettre qu'ils vous avaient adressée.

Respectueusement votre.
JP Martin-Vallas

 

PS : je vous joins les 11 courriers échangés avec le père de Rolland, assistant du provincial, qui illustrent mon propos